La cléromancie ou divination par le sort

Les supports utiles à cette divination sont multiples, des petits cailloux, de petits os, des dés, ou des graines, des pions marqués de chiffres ou de lettres. Les supports étaient placés dans un récipient puis jetés sur un tapis, leur disposition, leur orientation, les figures dessinées ainsi que les amas ou les distances étaient analysées et interprétées.

L’origine de cette mancie se perd dans la nuit des temps et nul ne sait d’où elle est originaire, elle se pratiquait dans le monde antique tant en Egypte, qu’en Grèce et dans l’Empire Romain. Dédié et placée sous la responsabilité de certaines divinités, cette mancie à la réputation très puissante n’était pratiquée que par les devins et divineresses, on trouve des variantes de cette mancie, souvent dans des formes et régles moins bien définies dans quasiment toutes les sociétés paganistes.

De nos jours, certaines variantes sont utilisées, les dés dans un gobelet, mais aussi les lettres de Scrabble ou parfois juste un livre ouvert au hasard, ou un écrit sur lequel, les yeux bandés, on pointe un ou plusieurs mots pour en interpréter ensuite la signification.